Diaporama

Actualités

Les avocats

ACCIDENT DU TRAVAIL ET TELETRAVAIL : PREMIERE DECISION DES JUGES DU FOND

ACCIDENT DU TRAVAIL ET TELETRAVAIL : PREMIERE DECISION DES JUGES DU FOND

Publié le : 01/09/2022 01 septembre sept. 09 2022

Lorsque le salarié « s’extrait » de « l’enceinte », pour rester à son domicile, familier par essence, aux fins de télétravail, la notion même d’accident du travail semble s’éloigner de concert.

La nature « juridique » ayant horreur du vide, le droit a été amené à s’emparer de la situation du télétravailleur qui déclare un accident du travail.

 

1°/ Les faits

Le télétravailleur, au cas particulier, a déclaré effectivement avoir reçu « trois mails » de la part de son supérieur hiérarchique, lui demandant de réaliser quatre études de marché complexes ne relevant pas de son champ de compétence.

Extrêmement angoissé à réception de ces mails, celui-ci a immédiatement fait part de sa souffrance à ses collègues, aux représentants du personnel, puis le lendemain, à l’infirmière de santé au travail et enfin, le surlendemain, à son Médecin traitant.

La CPAM a refusé de prendre en charge ce choc émotif, en considérant :

- qu’aucun témoin n’avait pu constater la scène,

- que la lésion émotionnelle n’avait été constatée que deux jours après les faits.

C’est en l’état, que le Tribunal Judiciaire de BOBIGNY[1] a été amené à trancher le débat, sur recours du salarié.

 

2°/ Le débat

·     Cadre juridique [2]

« L’accident survenu sur le lieu où est exercé le travail pendant l’exercice de l’activité professionnelle du télétravailleur est présumé être un accident du travail... »

En réalité, la situation du télétravailleur est identique à celui du travailleur : celui-ci doit prouver la matérialité de l’accident[3], soit la survenance d’une lésion :

- sur le lieu de travail,

- au temps du travail,

et ce, afin de bénéficier d’une présomption d’imputabilité.

·     En l’espèce, le Tribunal Judiciaire de BOBIGNY a relevé :

- la réception de mails litigieux, au temps du travail, au domicile du salarié ;

- la survenance d’un choc émotif constaté par l’application Teams, par le délégué syndical ;

- une déclaration faite à l’infirmière de santé au travail ;

- la consultation par le Médecin traitant.

Le Tribunal en conclut que le choc émotif déclaré est bien un accident du travail, et ce même si la lésion a été constatée 48 heures après les faits.

 

3°/ Préconisations

·     Lieu : fixation entre les parties du lieu d’exercice principal du télétravail (domicile) et attestation sur l’honneur faite par le salarié de conformité du matériel.

·     Temps : détermination des plages horaires durant lesquelles l’employeur peut habituellement contacter le salarié ; distinction entre temps de travail et temps de repos et droit à la déconnection, pour les cadres au forfait [4].

·     Lésion : le choc émotif doit pouvoir être objectivé ou être objectif, ce qui est le cas lorsque les faits ont une « coloration fautive » (en l’espèce, missions complexes confiées, hors missions habituelles et de manière répétée).

Ainsi et fort de ces préconisations, le télétravailleur qui déclarerait une lésion :

- survenu hors de domicile habituel,

hors les plages convenues,

- sans évènement soudain et objectif, en lien avec le travail, ne devrait pas pouvoir bénéficier de la protection « accident du travail ».

A défaut de détermination des modalités du télétravail, le télétravailleur pourrait bénéficier de la protection large, accordée au salarié en mission, comme cela a été le cas d’un salarié en mission en Chine, s’étant blessé la main, après avoir glissé en dansant dans une discothèque[5].

 

[1] Tribunal Judiciaire de BOBIGNY, 23 mai 2022, RG N° 22/00164
[2] Article L. 1222-10 III, alinéa 4 du Code du travail
[3] Cass. Soc., 8 juillet 1995, n° 84-4.124
[4] Article L. 1222-9 II : mise en place du télétravail par accord collectif ou par Charte élaboré par l’employeur
[5] Cass. 2ème Civ, 12 octobre 2017, n° 16-22.481

Historique

<< < ... 7 8 9 10 11 12 13 > >>
Navigateur non pris en charge

Le navigateur Internet Explorer que vous utilisez actuellement ne permet pas d'afficher ce site web correctement.

Nous vous conseillons de télécharger et d'utiliser un navigateur plus récent et sûr tel que Google Chrome, Microsoft Edge, Mozilla Firefox, ou Safari (pour Mac) par exemple.
OK